CSE-siège

Les salariés augmentés, vraiment ?

Après les nombreux pots de départ du mois de décembre, place à la gueule de bois. Le bilan de l’emploi pour l’année 2019 révèle que sur les 311 départs effectifs (ou annoncés)  dans le cadre de la RCC, qui est loin d’atteindre ses objectifs, 88 % concernent les PTA et en particulier les techniciens de la famille Production/Fabrication/Technologies qui sont davantage concernés par l’âge de la retraite, certes. Mais cette justification ne saurait suffire. Car pendant ce temps, d’autres professions ne semblent pas aussi pressées de partir. Que doit-on en déduire ?

Ces salariés seraient-ils plus angoissés par le futur ? Auraient-ils fini par faire le deuil de leur avenir professionnel, à force de s’entendre répéter que leur métier est voué à la disparition ? Seraient-ils épuisés par la dégradation de leurs conditions de travail suite aux réductions d’effectifs ? Auraient-ils simplement atteint les limites de l’acceptable ?

Il faut dire que les plans successifs d’économies – imposés par la tutelle – ne leur ont laissé aucun répit. En fait, il s’agirait de tout cela à la fois, et toujours avec le même subterfuge : la fameuse transformation numérique… qui dure !

Dernier exemple en date : le CDE, le Centre de Diffusion et d’Echange, qui va connaitre une transformation sans précédent.
L’enjeu serait donc à la fois technologique et économique, nous dit-on. Technologique, pourquoi pas. Economique, qu’est-ce que cela signifie ? Cela laisse présager une importante réduction d’effectifs, voire suppression de métiers. La Direction ne s’en cache pas, d’ailleurs.

Un autre risque plane sur ces salariés : celui de voir leur cadre de vie complètement bouleversé. A l’image de ce qui s’est fait avec le transfert du Soir 3, certains redoutent de voir leurs horaires chamboulés, leurs salaires diminués par la disparition des éléments variables, leur activité s’appauvrir jusqu’à perdre tout sens, voire s’éteindre. A l’heure où l’on parle de « salarié augmenté », France Télévisions entre dans l’ère du « salarié diminué » !

Une déshumanisation accentuée par le recours croissant à des plateformes externes qui présentent le grand désavantage d’être coûteuses, à l’image de Concur, Responsage ou encore Ooviiz, un nouveau logiciel destiné à la planification des non-permanents que FTV entend déployer. L’externalisation à outrance se poursuit, laissant les salariés impuissants face à l’évaporation de leur outil de travail.

Un outil de travail qui désormais à FTV se transforme, s’automatise et se déplace. Le déménagement de France 3 Paris Ile-de-France s’est fait dans la douleur et la précipitation. Aujourd’hui encore, des problèmes subsistent. Pour y répondre, la Direction a une solution toute prête : mettre un terme à la commission de suivi de Vanves qui, déjà, avait très peu de marge de manœuvre. Une décision symptomatique d’une Direction qui préfère taire les problèmes plutôt que les affronter.

L’UNSA-FTV restera vigilante sur tous ces aspects. L’humain ne doit pas devenir une simple ressource !

 

Cliquez ici pour télécharger cet article au format PDF

Fermer le menu
Fermer le panneau

Bureau V2820 / 2ème étage
7 esplanade Henri de France
75907 PARIS CEDEX 15

01 56 22 56 08 / 56 48

Pour tout renseignement, Thierry et Linda sont à votre écoute :

Rejoignez-nous !​